Dictionnaire : Les mots du spectacle en politique, par le collectif théâtrocratie

dico politique

Si le théâtre peine à parler de la politique, la politique, elle, emprunte volontiers son vocabulaire au champ lexical du théâtre. C’est sur ce vieux constat qu’a voulu se pencher le collectif théâtrocratie, émanation de l’équipe de recherche Histoire des Arts et des Représentations (HAR) de l’Université Paris X. Considérant que « ce détournement quotidien des mots et ce forçage permanent du sens ne peuvent qu’alerter la communauté du spectacle – théoriciens et praticiens – sur l’instrumentalisation de son bagage lexical et conceptuel, mais encore sur l’inflation des termes théâtraux et cinématographiques », le collectif a établi à chaud en pleine campagne électorale un inventaire non exhaustif de tous ces mots utilisés par les représentants professionnels du peuple et leurs mass media.

 

Plus d’une cinquantaine de mots sont ici passés au tamis d’un parti pris lexicographique non orthodoxe, très amusant et somme toute assez flaubertien : c’est à partir de la citation que la définition du mot est créée, ce qui a le don de rétablir la distance critique estompée par le galvaudage médiatique. Avec beaucoup d’humour et de lucidité, les auteurs ont donc dépouillé journaux, magazines, émissions télévisées des deux dernières années pour dégoter et commenter tous les « tragique », « dramaturgie », « mise en scène », « show », ou même « fanfaronnade », « burlesque » ou « cirque » qui sévissent dans les reportages et discours politiques et qui trahissent la banalisation de l’idée que la politique est un spectacle. Idée que Laurent Fabius confirme lorsque, le soir de la victoire de François Hollande, il déclare sur le plateau de France 2 avoir assisté durant cette campagne à « un beau spectacle démocratique ». Voilà que cela dit tout !

 

Le vocabulaire théâtral deviendrait-il une sorte de métalangage qui, sous couvert d’analyser la politique, la virtualiserait ? Son utilisation abusive participerait-elle des autres glissements qui, transformant les « exploités » en « défavorisés », les « allocataires » en « bénéficiaires » ou les « cotisations sociales » en « charges patronales », modifient notre manière de penser la réalité sociale ? La réponse semble être affirmative. Ce dictionnaire devient alors une arme de défense, un outil pour mieux comprendre ce qui nous arrive.

 

Myrto Reiss

  

Les mots du spectacle en politique

Dictionnaire, par le collectif théâtrocratie

Editions Théâtrales, 2012